deutsch
english
francais
italiano
espanol
Photo
La Pilule

La Presse Canadienne, 11 juin 2013

Des contraceptifs seraient liés à la mort d'au moins 23 Canadiennes

Les contraceptifs oraux Yaz et Yasmin ont été reliés à la mort d'au moins 23 Canadiennes, dont une âgée de 14 ans seulement, indique-t-on dans des documents de Santé Canada.
Les décès de ces jeunes femmes figurent parmi les quelque 600 effets indésirables de ces pilules à avoir été signalés entre 2007 et le 28 février dernier, a confirmé Santé Canada, mardi.
Les médecins et pharmaciens qui ont signalé ces décès, en vertu du Programme Canada Vigilance, les ont partiellement attribués à l'usage des pilules Yaz et Yasmin.
Les rapports soulignent que la plupart des victimes sont décédées des suites de la formation d'un caillot sanguin, un risque connu lié à la prise d'anovulants.
Depuis 2007, Santé Canada a reçu des avis concernant des effets indésirables chez 333 femmes prenant le contraceptif Yasmin et 267 autres pour Yaz.
Parmi ces cas, on rapporte 15 cas de mortalité pour Yasmin contre huit pour Yaz. Plus de la moitié des victimes étaient âgées de moins de 26 ans, et la plus jeune n'avait que 14 ans.
La plupart des décès sont survenus peu de temps après le début de la prise du contraceptif par les jeunes femmes.
Yaz et Yasmin, des contraceptifs de «4e génération», sont fabriquées par le géant pharmaceutique Bayer. Elles contiennent plus de drospirénone - de la progestérone synthétique exclusivement produite par le fabriquant -, que leurs versions précédentes.
Santé Canada a publié, en décembre 2011, un avis pour prévenir des risques liés à ces produits de Bayer. On y indiquait que bien que les risques de formation d'un caillot sanguin soient faibles, ils étaient de 1,5 à 3 fois plus élevés que pour d'autres types de contraceptifs oraux.
En moyenne, une femme sur 10 000 développera un caillot sanguin en prenant les contraceptifs des générations précédentes, contre trois sur 10 000 chez celles qui utilisent les anovulants Yaz et Yasmin.
Bien que Yaz et Yasmin soient soupçonnés dans les 23 mortalités rapportées, Santé Canada souligne qu'il n'y a pas forcément un lien direct avec ces effets secondaires.
«Il est bien souvent impossible de déterminer avec certitude si un effet indésirable signalé à Santé Canada est la conséquence directe de la prise d'un médicament donné», a affirmé l'organisation dans un courriel.
«D'autres facteurs contribuant à cet effet indésirable pourraient être liés à l'état de santé de la personne ou encore à d'autres médicaments pris simultanément.»
Bayer a assuré que les contraceptifs étaient sécuritaires et efficaces lorsqu'ils étaient pris en respectant les directives.
Une série de poursuites ont été intentées contre Bayer ou sont dans l'attente d'une approbation de la cour dans cette affaire, notamment au Canada et aux États-Unis.
Par ailleurs, le fabricant a déjà versé aux États-Unis 1,2 milliard de dollars en compensations pour régler des poursuites intentées en lien avec ses produits.
Bayer a toutefois déclaré, mardi, que ses anovulants figuraient parmi les médicaments soumis aux tests les plus rigoureux et étaient parmi les plus fréquemment prescrits de nos jours.
Un premier recours collectif contre le fabricant a été approuvé en Ontario et est mené par l'avocat Matthew Baer. Son cabinet représente 13 familles de femmes de la province décédées en prenant Yaz ou Yasmin, de même que des centaines d'autres affirmant avoir souffert de ses possibles effets secondaires. Sheryl Ubelacker

voyez aussi:
• Alerte sur la pilule
• Libération: Nouveaux doutes sur la pilule
• Pilule contraceptive : Bayer dissimule le nombre des décès
• Yaz et Yasmin: plus d'effets secondaires graves que la génération précédente