deutsch
english
francais
italiano
espanol
Photo
Bhopal
Incident mortel à Institute

Communiqué de presse du 17 janvier 2011
Coordination contre les méfaits de BAYER

BAYER cesse la production du MIC, fabriqué à Bhopal

Une vieille revendication de riverains enfin satisfaite / un dysfonctionnement aux conséquences mortelles en 2008 / les employés de la firme doivent être reclassés

La firme Bayer a annoncé mercredi qu’elle cessait de fabriquer et d’entreposer l’isocyanate de méthyle (MIC) dans son usine d’Institute aux USA. Deux pesticides très dangereux, l’Aldicarb et le Carbaryl, dans le processus de fabrication desquels entrait l’isocyanate doivent être retirés du marché. La firme accède ainsi aux très anciennes revendications des riverains et des écologistes.

Dans les années 80, l’usine d’Institute appartenait à Union Carbide; on la considère comme une « usine -sœur » de Bhopal, en Inde. L’usine de Bhopal a rejeté en 1984 environ 30 tonnes d’isocyanate de méthyle (MIC) dans l’atmosphère. Cet accident, le plus grave de toute l’histoire de la chimie, a fait alors au moins 15 000 victimes. La catastrophe attira l’attention de l’opinion publique sur l’usine d’Institute, où étaient stockées de grandes quantités d’isocyanate de méthyle.

En août 2008 une grave explosion s’était produite à l’usine. La secousse avait été ressentie à plus de 15 km à la ronde et deux ouvriers avaient perdu la vie.

Philipp Mimkes de la Coordination contre les méfaits de Bayer: « C’est un grand succès pour les écologistes et les riverains de l’usine, après plus de 25 ans de lutte. Bayer doit maintenant garantir le reclassement de ses ouvriers. En outre nous exigeons que l’industrie chimique cesse totalement la production à grande échelle de produits chimiques présentant un danger mortel, tels que le MIC et le phosgène. » Lors de la dernière assemblée générale de Bayer, la Coordination contre les méfaits de Bayer avait fait une contre-proposition relative aux conditions de sécurité insuffisante à l’usine d’Institute ; mais la direction l’avait rejetée comme « infondée ».

Maya Nye, porte-parole de l’association People Concerned About MIC se montre solidaire des ouvriers licenciés: „La menace de suppression d’emplois est un moyen éprouvé pour diviser les riverains, les écologistes et les employés de l’usine. Cette tactique fait de nous les otages de firmes qui font passer leurs profits avant la santé et la sécurité des riverains.“ À Institute 220 ouvriers sont menacés de licenciement.

Après l’explosion de 2008‚ l’autorité de surveillance du travail américaine OSHA avait diligenté une enquête et constaté « l’insuffisance des systèmes de sécurité et d’évacuation et de la formation des employés ». Le rapport d’enquête du Congrès américain concluait même que l’explosion avait failli détruire un entrepôt d’isocyanate, ce qui « aurait pu entraîner une catastrophe bien pire encore que celle de Bhopal. » On y lit aussi que « Bayer a dissimulé aux forces de sécurité des informations cruciales, n’a accordé aux autorités fédérales qu’un accès limité aux informations, a sapé le travail des médias et des organisations civiles et fourni au grand public des informations inexactes visant à l’induire en erreur. »

En savoir plus :
· Bayer to phase out MIC; cut 220 jobs
· Incident mortel dans une «usine-sœur» de Bhopal
· Institute (USA) : le gaz de Bhopal est produit en usine par Bayer