deutsch
english
francais
italiano
espanol
Photo
Contamination des champs biologiques

1 novembre 2004

Bayer, Monsanto: contamination des champs biologiques par des OGM

Des agriculteurs biologiques vont s'opposer à deux géants de la production de semences transgéniques, aujourd'hui (lundi), à Saskatoon/Canada. Ils tentent de démontrer que leur cause contre Monsanto et Bayer Crop Science mérite d'être entendue en recours collectif.

Les producteurs estiment que ces entreprises sont responsables de la contamination de leurs champs biologiques par des semences génétiquement modifiées.

Marc Loiselle est propriétaire d'une ferme biologique à Vonda, à l'est de Saskatoon. Il y a un an, une tempête de vent a transporté des graines de canola Round up Ready du champ de son voisin jusque dans le sien. Depuis, il participe activement au projet de recours collectif du Fonds de protection de l'agriculture biologique. Selon M. Loiselle, les graines de canola peuvent rester dans le sol durant cinq ans.

L'histoire de Marc Loiselle servira d'argument aux avocats qui tenteront de convaincre un juge de la cour du Banc de la reine que la cause mérite d'être entendue. Le professeur de droit Martin Phillipson, de l'Université de la Saskatchewan, va suivre les débats de près. Il estime que l'issue du procès de Percy Schmeiser, qui a affronté Monsanto jusqu'en Cour suprême du Canada, pourrait vouloir dire que la compagnie est responsable des plants qui émergent de ses semences.

Bayer et Monsanto ne sont pas du même avis. Elles comptent démontrer que quand leurs semences ont été mises sur le marché, elles répondaient à toutes les exigences légales, et que ce qui arrive à une graine de canola transgénique après qu'elle ait été plantée n'est pas de leur ressort.