deutsch
english
francais
italiano
espanol
Photo
Substances toxiques

Le Canard enchaîné, mercredi 28 avril 2004

On a tous en nous quelque chose de très chimique

Ils n'en sont pas revenus, les 39 élus européens. Surtout la Verte Marie-Anne Isler-Béguin, qui crève tous les plafonds: dans son sang, le WWF a trouvé un record de 51 substances toxiques, là où les autres n'en ont en moyenne que 41. Elle n'avait qu'à ne pas vivre à la campagne, manger du poisson et des laitages! Des phtalates (produits utilisés dans les cosmétiques et les plastiques). Des retardateurs de flamme, comme le déca-BDE qu'on retrouve partout, dans les téléviseurs, le matériel électronique, etc. Des pesticides, évidemment. Des dioxines, bien entendu. Des PCB, utilisés comme isolants électriques. Tous ces produits, quasiment indestructibles, se sont accumulés dans les organismes des députés européens - idem pour nous, on l'imagine. Certes, les doses sont infinitésimales. Mais certaines de ces substances sont fortement suspectées d'être responsables, entre autes, de la multiplication par trois du nombre de cancer du testicule chez l'adulte jeune, de l'explosion des allergies et de la baisse du nombre et de la qualité des spermatozoïdes de moitié en cinquante ans. Au point que les autorités européennes on fini par s'en émouvoir. L'inventaire européen des substances chimiques commercialisées compte en effet 100 000 appellations.

On estime que 30 000 de ces molécules sont produites à plus de 1 tonne par an, dont 10 000 à plus de 10 tonnes. On ne sait presque rien de leur impact sur l'environnement et la santé humaine: seules 31 d'entre elles ont fait l'objet d'études toxicologiques complètes. Les écolos, à force de répéter que cet auto-aveuglement est criminel, ont fini par être entendus: en 1998, la Commission européenne a décidé d'ordonner que soit évalué l'impact sur la santé humaine des 30 000 molécules précitées. On entend d'ici les cris qu'on poussés les industriels de la chimie européenne (la troisième industrie européenne): on veut nous étrangler! c'est l'apocalypse! ça va coûter des dizaines de milliards d'euros! et mettre des centaines de personnes au chômage!

Ce lobby est tellement puissant qu'en septembre dernier Superécolo Chirac, épaulé par ses amis Schröder et Blair, a pris sa plus belle plume pour écrire à Romano Prodi: ce projet, lui ont-ils dit, est "bureaucratique" et "inutile", il faut le revoir d'urgence à la baisse. Le "Chemical and Engineering News" (29/9/03), porte-voix du lobby chimique américain, lui aussi fort inquiet des répercussions possibles, s'est tellement félicité de cette démarche qu'il a publié une photo de ces trois amis avec cette légende: "Formidable trio." Le formidable trio, en effet, a gagné: la Commission a fait marche arrière. Le texte qui passera au Parlement européen n'envisage plus de contrôler que 10 000 produits, soit trois fois moins que prévu. L'industrie chimique jubile. Soyons-en sûrs: elle présentera ce texte comme un grand pas en avant vers une meilleure sécurité sanitaire et environnementale. Applaudissements.

Jean-Luc Porquet