deutsch
english
francais
italiano
espanol
Photo
Premier pas vers l'interdiction des OGM

lundi 02 février 2004

L'Europe fait un premier pas vers l'interdiction des OGM

La demande d'autorisation de culture d'un colza transgénique de Bayer CropScience a été rejetée pour des raisons environnementales

Les associations de protection de l'environnement se sont réjouies aujourd'hui de la décision du gouvernement belge de rejeter la demande d'autorisation de culture d'un colza génétiquement modifié (1). Cette demande de portée européenne, émise par Bayer CropScience, a été rejetée après que des recherches aient montré que ces cultures seraient néfastes pour l'environnement.

Les experts belges ont conclu que la culture du colza génétiquement modifié aurait des impacts négatifs incontrôlables sur la biodiversité et que les consignes aux paysans pour éviter la contamination des récoltes non-OGM sont impraticables et difficiles à contrôler.

L'avis rendu par ces experts renvoie à la plus grande étude sur le colza transgénique jamais réalisée à ce jour. Cette étude réalisée en Grande-Bretagne conclut que la culture de colza transgénique aurait des effets plus préjudiciables sur l'environnement que celle de colza conventionnel (2). D'autres études réalisées en Grande-Bretagne montrent que le pollen de colza est transporté par des insectes sur des distances longues de plusieurs kilomètres (3). Ces études mettent en lumière les nombreuses difficultés qu'il y aurait à prévenir la contamination des cultures conventionnelles et biologiques par le colza transgénique.

"L'industrie des biotechnologies en est pour ses frais" a déclaré Karen Simal, responsable de la campagne OGM à Greenpeace Belgique. "Le gouvernement belge a reconnu l'impact négatif que la culture de colza transgénique pouvait avoir sur l'environnement. Les gouvernements devraient refuser de prendre en considération les autres demandes d'autorisation pour la culture de plantes transgéniques. Ces cultures mettent en danger l'agriculture conventionnelle et biologique, surtout en l'absence d'une réglementation européenne sur la responsabilité des fabricants d'OGM en cas de contamination."

Pourtant, la décision belge n'est pas entièrement satisfaisante, car elle accepte la demande faite pour l'importation et la transformation du même colza en Europe. Cette demande sera maintenant transférée aux autres Etats membres.

"Les consommateurs peuvent encore espérer se fier au secteur de la grande distribution, qui dans sa grande majorité exclut les OGM des produits alimentaires" a déclaré Arnaud Apoteker, chargé de campagne OGM à Greenpeace France. "Cependant, les autorisations d'importation d'OGM ne feront qu'augmenter la pression sur les chaînes de distribution. Les consommateurs vont à présent devoir redoubler de vigilance s'ils veulent éviter les aliments transgéniques."

Source : Greenpeace

(1) colza mâle stérile, tolérant à l'herbicide Liberty (glufosinate-ammonium)
(2) http://www.defra.gov.uk/environment/gm/fse/index.htm
(3) Ramsay, G., Thompson, C & Squire, G (2003). Quantifying landscape-scale gene flow in oilseed rape. Final Report of DEFRA Project RG0216: An experimental and mathematical study of the local and regional scale movement of an oilseed rape transgene. Disponible sur :
http://www.defra.gov.uk/environment/gm/research/pdf/epg_rg0216.pdf