deutsch
english
francais
italiano
espanol
Photo
Canada

9 fév 2006, PollutionWatch

Ontario Power, DTE Energy, Bayer: Les usines canadiennes, pires sources de pollution que les usines américaines, dans le bassin des Grands Lacs

Le nouveau gouvernement fédéral a du pain sur la planche pour nettoyer et restaurer les Grands Lacs, comme le révèle un nouveau rapport

TORONTO - Les installations canadiennes situées dans le bassin des Grands Lacs ont émis 73 % plus de polluants atmosphériques par installation que les installations américaines, nous apprend un nouveau rapport rendu public aujourd'hui par les organisations partenaires de PollutionWatch, soit Défense environnementale et l'Association canadienne du droit de l'environnement. Les installations canadiennes et américaines situées dans le bassin des Grands Lacs ont recraché plus de 101 millions de kilogrammes (101 907 241 kilogrammes) dans l'air. Les installations canadiennes sont responsables de 49 471 016 kilogrammes de rejets atmosphériques, alors que les installations américaines ont quant à elles rejeté 52 436 225 kilogrammes de polluants atmosphériques.

Le rapport, Partenaires dans la pollution : La pollution des Grands Lacs en provenance du Canada et des Etats-Unis - évaluation d'un phénomène qui se poursuit, se fonde sur des données déclarées à Environnement Canada par des sociétés canadiennes par le biais de l'Inventaire national de rejets de polluants (INRP) (Canada) et à l'Environmental Protection Agency, par le biais du Toxics Release Inventory (TRI). Les données appariées de l'INRP et du TRI pour 2002 sont les plus récentes. Partenaires dans la pollution est le premier rapport depuis une décennie consacré à la pollution dans l'écosystème des Grands Lacs et se fonde sur les données provenant de l'INRP et du TRI. Le rapport révèle que plus de 4 100 installations canadiennes et américaines dans
la région des Grands Lacs ont rejeté et transféré plus de 627 millions de kilogrammes (627 243 035 kg) de polluant dans le bassin de l'écosystème des Grands Lacs.

"Les Grands Lacs sont en très mauvaise santé, parce que nous avons cessé
de nous préoccuper de la pollution très réelle qui existe dans cette région, a
déclaré Paul Muldoon, directeur général de l'Association canadienne du droit
de l'environnement. Nous demandons instamment au gouvernement canadien de
saisir cette occasion d'adopter un plan de protection de l'écosystème des
Grands Lacs contre la pollution et autres sources de stress attribuables aux
humains. Les avertissements concernant la consommation de poisson autour du
bassin sont un signal on ne peut plus clair que les lacs sont gravement
touchés."

Les installations canadiennes font bien piètre figure. Elles sont en
effet les pires contributrices à la pollution de l'air associée à différents
effets potentiellement néfastes pour la santé. Individuellement, les données
appariées pour les installations canadiennes indiquent que ces dernières ont
rejeté en moyenne 79 % plus de toxines respiratoires dans l'air que les
installations figurant au TRI, et 93 % plus de polluants cancérogènes ou
présumés tels. Entre 1998 et 2002, les principales installations canadiennes
ont augmenté leurs rejets dans l'air de 3 %, alors que les principales
installations américaines ont diminué les leurs de 24 %. La tendance
relativement à la pollution atmosphérique se dessine à partir d'une analyse
des données fournies par les principales installations ayant déclaré des
rejets au Canada et au Etats-Unis entre 1998 et 2002, ainsi que des principaux
polluants déclarés pendant la même période.
"On ne peut pas se le cacher, le Canada contribue beaucoup plus que les
Etats-Unis à la pollution des Grands Lacs, a précisé Rick Smith, directeur
général, Défense environnementale. Le nouveau gouvernement conservateur doit,
dès maintenant, retrousser ses manches et faire quelque chose pour réduire la
pollution dans les Grands Lacs et protéger la santé des Canadiens."
Les installations canadiennes comptent pour la moitié des 10 plus grands
pollueurs dans le bassin des Grands Lacs et sont responsables de 61 % de la
pollution atmosphérique déclarée par les dix pires pollueurs.

Nom de l'installation , Lieu, Total des rejets atmosphériques en 2002 (kg)

Ontario Power Generation Inc
Nanticoke , ON
Lake Erie
7,489,368

2 Detroit Edison Monroe Power Plant
DTE Energy
Monroe , MI
Lake Erie
3,899,468

3 Copper Cliff Smelter Complex
Inco Limited
Copper Cliff , ON
Lake Huron
3,782,501

4 Bayer Inc. Sarnia Site
Bayer Inc.
Sarnia , ON
Lake Erie
2,159,588

5 J. H. Campbell Generating Plant
Consumers Energy Co.
West Olive , MI
Lake Michigan
2,101,996

6 Lambton Generating Station
Ontario Power Generation Inc
Courtright , ON
Lake Erie
1,935,738

7 Kodak Park
Eastman Kodak Co.
Rochester , NY
Lake Ontario
1,705,765

8 Eastlake Plant
FirstEnergy Corp.
Eastlake , OH
Lake Erie
1,684,280

9 Thunder Bay Operation
Bowater Canadian Forest Products Inc.
Thunder Bay , ON
Lake Superior
1,622,802

10 BP Prods. N.A. Whiting Business Unit
BP America Inc.
Whiting, IN
Lake Michigan
1,378,539

"Le taux élevé de pollution dans le bassin des Grands Lacs continue de
toute évidence à réduire la qualité de l'air et de l'eau dans l'écosystème. Je
trouve difficile à croire que le gouvernement américain cherche à limiter
l'accès aux données, alors que ce rapport montre clairement qu'une
surveillance binationale plus stricte est nécessaire, a déclaré Derek Stack,
directeur général, Union Saint-Laurent, Grands Lacs. Les gouvernements
américain et canadien devraient avoir pour priorité le financement de la
recherche et la réduction accélérée de la pollution, par le biais de
stratégies concrètes".

Partenaires dans la pollution propose 15 recommandations aux
gouvernements des deux côtés de la frontière afin de réduire et d'éliminer la
pollution dans les Grands Lacs, dont les suivantes :

- Mettre en place une base de données commune exhaustive, afin de
déterminer l'apport annuel de l'ensemble des polluants, dont toutes
les substances toxiques rémanentes, dans les Grands Lacs.
- Elaborer et mettre en oeuvre une stratégie mixte d'élimination et de
réduction de la pollution s'inspirant de la Stratégie binationale
relative aux substances toxiques et poussant beaucoup plus loin les
objectifs de celle-ci.
- Confirmer leur engagement envers l'élimination de pratiquement toutes
les substances toxiques rémanentes et ajouter à cette liste les
cancérogènes et les modulateurs endocriniens.
- S'engager à atteindre les objectifs visés par le biais de mesures de
prévention de la pollution incluant le recours à la chimie verte et
aux matériaux de substitution
- Améliorer et élargir les programmes américain (TRI) et canadien
(INRP), ce qui comprend le rejet de la proposition consistant à
recueillir les données pour le TRI aux deux ans, ainsi que des autres
propositions visant à réduire le fardeau.

L'Accord relatif à la qualité de l'eau des Grands Lacs, par le biais
duquel les gouvernements américains et canadiens sont tenus de restaurer et de
protéger la qualité de l'eau des Grands Lacs, fera bientôt l'objet d'une
révision. L'ACDE, Défense environnementale et Union Saint-Laurent Grands Lacs
demandent instamment à tous les paliers de gouvernement d'accorder une place
centrale aux données figurant dans ce rapport lors de la révision. Partenaires
dans la pollution : La pollution des Grands Lacs en provenance du Canada et
des Etats-Unis - évaluation d'un phénomène qui se poursuit peut être
téléchargé gratuitement sur le site Web de PollutionWatch -
www.PollutionWatch.org.

Ce qu'est PollutionWatch (www.PollutionWatch.org). PollutionWatch est un
projet concerté de Défense environnementale et de l'Association canadienne du
droit de l'environnement. Ce site Web fait le suivi des polluants d'un bout à
l'autre du Canada à partir des données recueillies par Environnement Canada
par le biais de l'Inventaire national des rejets de polluants (INRP). Toutes
les substances chimiques ou toutes les sources ne figurent pas à l'INRP. Les
visiteurs peuvent, en se rendant sur le site Web de PollutionWatch, trouver
facilement les sources de pollution dans leur région en tapant un code postal.
Il est également possible d'avoir accès à des listes résumées des plus
importantes installations canadiennes rejetant et transférant des polluants,
d'obtenir les tendances pour la période 1995-2003, ou de créer sa propre liste
par ordre d'importance des installations polluantes selon la province, le
secteur industriel ou la société.