deutsch
english
francais
italiano
espanol
Photo
Australie

Communiqué de presse du 10 août 2005
Coordination contre les méfaits de Bayer

Australie: des aliments contaminés par du colza génétiquement modifié

"Il faut que Bayer assume ses responsabilités"

C'est la première fois qu'en Australie, on a fait la preuve de la contamination par des PGM (plantes génétiquement modifiées) d'aliments produits conventionnellement. Dans une livraison destinée au Japon, pays qui exige que des contrôles de routine soient effectués pour être certain de rester indemne d'OGM, les autorités australiennes ont trouvé du colza GM de la variété Topas 19/2 fabriqué par Bayer CropScience.

L'origine de l'impureté liée à cette variété résistant à l'herbicide glufosinate est inconnue. Les agriculteurs australiens craignent pour leurs débouchés, étant donné que de nombreux pays du monde n'acceptent que des aliments indemnes d'OGM. En effet l'Australie exporte chaque année pour 400 millions de dollars de colza et ses exportations agricoles sont de plusieurs milliards de dollars.

"Il fallait que cela arrive. Aujourd'hui, il reste à savoir qui porte la responsabilité d'une telle imprudence, qui ne peut en aucun cas se faire au détriment des agriculteurs qui utilisent des semences conventionnelles. Ces plantes OGM, nous n'en avons pas besoin et nous n'en voulons pas" déclare Julie Newman de l'association Network of Concerned Farmers (Réseau des agriculteurs responsables). Il faut que Bayer sache que nous n'accepterons ni de perdre des marchés ni de payer des analyses supplémentaires; l'entreprise doit porter l'entière responsabilité de ses actes". C'est dans le même sens que va le parti travailliste australien, actuellement dans l'opposition.

Les organisations australiennes de protection de la nature considèrent que les mécanismes de contrôle gouvernementaux ont "échoué" et exigent des analyses systématiques des aliments destinés à l'exportation. Bob Phelps de GeneEthics Network: "Personne ne sait, dans quelle mesure des PGM se sont disséminées en Australie - il peut y en avoir partout. Il faut maintenant que tous les silos à grain et tous les conteneurs destinés à l'exportation fassent l'objet d'analyses. Les échantillons contaminés doivent être détruits - c'est le seul moyen qui nous mette à l'abri des OGM à long terme."

La CBG, Coordination gegen BAYER-Gefahren (Coordination contre les méfaits de BAYER), qui contrôle les faits et gestes de Bayer depuis 25 ans, veut que cette entreprise prenne en charge les frais: "La variété de colza GM trouve son origine dans les laboratoires du groupe Bayer, c'est irréfutable, peu importe que la contamination soit due à des essais en plein champ ou à des importations de semences - il faut absolument que Bayer assume la responsabilité de ses produits." (Traduction: Edith Meyer)

Network of Concerned Farmers: http://www.non-gm-farmers.com/